Bulletin printemps 2017

Chers amis

L’hiver est passé et l’été peut ou devrait commencer.

Pour nous en Belgique fini le froid et la pluie mais…pour nos amis au sud de l’Inde il en va tout autrement. Il n’y fait jamais froid mais ces derniers mois il n’y a guère eu de pluie et jusqu’à aujourd’hui d’ailleurs. Il n’ont connu que l’été. Mais cela signifie qu’il y a une grande  pénurie d’eau et que tous les puits d’eau sont quasi à sec.

La plupart des villages bénéficient de la distribution d’eau et ceux qui n’ont pas d’eau courante dans leur maison peuvent aller s’approvisionner à des robinets publics dans la rue mais pour l’agriculture et l’horticulture on  doit s’attendre à une catastrophe s’il ne pleut pas bientôt.

Le Nigéria, la Somalie et le Soudan du sud en Afrique, le Yemen en Asie occidentale ont le même problème de pénurie d’eau et de cela on parle régulièrement aux nouvelles.

Dans ces pays par-dessus tout ça  ils connaissent encore les affres des conflits armés.

Beaucoup d’endroits sur terre connaissent encore de plus grands problèmes que le sud de l’Inde et ils doivent rapidement  recevoir de l’aide.

On ne parle jamais dans les actualités et aux nouvelles du sud de l’Inde. Aussi longtemps qu’il n’y a pas de grandes catastrophes on n’en parle pas. 

Il ne suffit pourtant pas seulement d’ apporter de l’aide dans des cas extrêmes, avec un suivi permanent qui est nécessaire.

C’est exactement cela que nous  faisons dans cette région pauvre de l’Inde.

Le Collège Velankanni

Voici de bonnes nouvelles pour notre collège universitaire.

Il y a eu une longue enquête approfondie menée par une commission composée de 3 professeurs renommés qui sont venus spécialement de la capitale Delhi à Tholayavattam.

Notre collège a obtenu un grade très élevé (B++) de reconnaissance auprès du NAAC.
Le NAAC (National Assesment and Accreditation Council) est le conseil national pour l’évaluation et la reconnaissance de l’enseignement supérieur en Inde.

Ils examinent non seulement la qualité de la teneur de la matière enseignée, la capacité des enseignants et l’organisation générale de l’enseignement, mais attachent aussi beaucoup  d’importance à d’autres aspects tels que l’information, l’état des locaux, les bâtiments et  l’environnement.

Egalement les circonstances de vie des étudiants, les moyens de transports pour l’accès au collège, les possibilités de faire du sport ou d’autres activités en dehors du programme scolaire (comme par exemple le cours de couture).

On nous signale que le collège Anna Velankanni brille au sommet de la carte éducative en Inde après l’évaluation de sa qualité.

On peut dire que cela n’a pu être réalisé qu’après une collaboration intense et fructueuse, au cours de longues années, de toutes les personnes concernées ayant joué un rôle, dont vous faites partie. Un grand merci à tous.

Le projet agricole

Il y a eu de nouvelles plantations en novembre sur une partie du terrain là où les plantes de jatropha ont été enlevées.

Il y a encore un grand lopin de terre restant en friche à cause des moyens financiers limités mais sur 8.000 mètres carrés on a déjà planté 450 arbres de caoutchouc.

Bientôt on pourra planter des bananiers entre les plantes de caoutchouc pour que cela rapporte en attendant que les arbres deviennent plus grands et ne laissent plus passer les rayons de soleil.

Entretemps le puits d’eau à ciel ouvert a été nettoyé, le moteur a été réparé et l’installation de la pompe a été adaptée.

A la fin de ce travail il avait commencé à pleuvoir mais malheureusement c’était de courte durée comme mentionné plus haut.  Nous espérons que cela finira par s’arranger.

De tout

Vous en avez peut être entendu parler sans y prêter attention, (comme nous d’ailleurs) mais à la fin de l’année dernière le premier ministre fédéral de l’Inde a décidé d’un jour à l’autre que tous les billets de banque existants d’une valeur de 500 et 1.000 roupies ne seraient plus valables (c.à.d. 7 € et 35 € qui sont les plus employés).

Il fallait les rendre auprès des banques endéans le mois et ils seraient remplacés par de nouveaux billets de 500 et 1000 roupies.

Tout ceci se faisait dans le cadre de la lutte contre « l’argent noir », la corruption et le terrorisme. Le but était noble en soi mais dans la pratique ça s’est avéré une catastrophe comme on l’a appris par la suite.

De longues files de centaines de personnes se présentaient devant les filiales bancaires, du matin au soir, en plein soleil pour échanger leur argent.

Ils ne recevaient qu’un petit montant à chaque fois et étaient obligés d’ouvrir un compte auprès de la banque pour de plus grands montants et devaient prouver la provenance de leur argent.

Suite à cela il y a eu des drames, p.ex. des gens qui mourraient parce qu’ils n’avaient pas d’argent pour payer l’hôpital car ils n’étaient en possession que de « vieux » billets périmés!

Le but était donc noble mais ceux pour qui la mesure avait été prise s’en sont certainement tirés d’affaire et les pauvres malheureux en étaient les victimes.

Un  petit changement d’adresse du secrétariat

Vous n’avez probablement pas remarqué qu’au haut de ce bulletin figure pour l’adresse du secrétariat des Amis de Kottar un autre numéro.

Le secrétariat vient en effet de déménager après 13 ans mais il ne s’agit qu’ un changement de numéro dans la même rue.

Nous sommes maintenant au numéro 45 au lieu de 67. Rien d’autre ne change. 

N’hésitez pas à nous contacter par courrier, par mail ou par téléphone ou venez nous voir, vous êtes toujours les bienvenus si vous avez des questions ou des suggestions pour notre association.

Et encore

Nous voulons nous excuser parce que notre bulletin paraît plus tard que d’habitude.

Vous l’avez probablement attendu avec impatience !

La faute en est la technique actuelle, étant donné que l’administration et toute notre communication se fait digitalement par voie électronique .

Toutes nos données et moyens de communication se font au moyen de l’ordinateur et quand celui s’entête et décide un beau jour de rendre l’âme tout devient noir et on perd toute sa mémoire et l’historique.

L’achat d’un  nouvel ordinateur n’était pas le plus grand problème car il faut récupérer toute la mémoire, ce qui n’est pratiquement pas possible pour un laïc.

Mais voilà le bulletin a pu être rédigé, ce qui signifie que le problème est pratiquement solutionné et nous avons récupéré toutes les adresses et les données.

Ce sont de très anciens amis qui ont collaboré pendant de longues années avec les Amis de Kottar, et qui sont très capables en cette  matière.  Ils nous ont vraiment tiré d’affaire.

Nous leur sommes très reconnaissants et les remercient de tout cœur !