Bulletin printemps 2016

Chers amis

Ilse et Ludo se sont rendus en Inde  pour un  voyage de travail auprès de nos amis de Kottar du 6 janvier au 5  février 2016.

Il ne s’agit évidemment pas d’un voyage de travail au sens propre du mot, nous n’y avons pas effectué du travail physique car il y a sur place suffisamment de monde qui désire travailler.

Nous avons visité tous les projets en cours, tenu un grand nombre de réunions et de conversations, rendu visite à de nombreux nouveaux et anciens amis.

Pendant notre séjour, nous étions logés à Tholayavattam sur le campus universitaire, dans ce qu’on appelle « Mammy’s House », la maison que Mademoiselle Govaere avait fait construire et où elle a passé les dernières années de sa vie.

Comme tout le monde l’appelait « Mammy Govaere » la maison a reçu le nom de « Mammy’s House ».

Cette maison fait maintenant office de secrétariat officiel pour les « Friends of Kottar », le nom donné à cette association caritative enregistrée en Inde depuis septembre 1980.

C’est Devadhas qui préparait nos repas.  Celui-ci était le chauffeur, cuisinier, homme à tout faire pour Melle. Govaere.  Après une longue absence il est de nouveau au service des « Friends of Kottar ».

Sa femme a été nommée cuisinière au Collège depuis l’année dernière. Cela ne veut pas dire qu’elle doit cuisiner pour les étudiants car ceux-ci apportent leur lunch mais bien quand il y a des professeurs venant de l’extérieur ou des invités. Il s’agit en fait d’un emploi à temps partiel, mais cela permet à la famille d’avoir un peu plus de revenus.

Le deuxième jour de notre visite nous avions déjà le plaisir de rencontrer Jeromedhas, le nouvel évêque du nouvel évêché Kuzhithurai (ce que l’on prononce Kuliturai).

Il nous donne l’image d’un homme humble et aimable qui nous mettait tout de suite à l’aise et avec qui il y a moyen de discuter ( c’est du moi l’impression que l’on a).

Nous lui avons toutefois tout de suite laissé entendre que du fait d’avoir nommé le père Arul Devadhasan à la tête d’une paroisse et comme  recteur dans le lieu de pèlerinage Vettuvenni, celui-ci a trop de responsabilités dans l’évêché, surtout que le lieu de pèlerinage reçoit chaque semaine des milliers de pèlerins, comme nous avons pu le constater. C’était hallucinant à voir.

Or Arul est vraiment la cheville ouvrière de notre association en Inde.

L’évêque s’en est défendu en argumentant que son nouvel évêché n’a pas encore suffisamment de prêtres et que de ce fait chacun a plusieurs tâches à effectuer.

Annai Velankanni College

Pendant notre visite nous avons contrôlé les nouvelles toilettes et tout semblait en ordre à part quelques petits détails. C’est un vrai progrès pour les étudiants qui pour la plupart n’ont jamais vu ni employé de telles facilités aussi modernes.

On a aussi engagé une dame à temps plein pour veiller à la propreté et à l’ordre de celles-ci.

On a aussi fait la connaissance avec le nouveau directeur, monsieur Dr. S. Maria John.

C’est un homme plein d’énergie et plein de bonnes résolutions, mais qui nous a aussi posé des questions.  L’auditoire qui offre 1.100 places est trop petit. Il y a actuellement +/- 1.700 étudiants. Il faudrait donc l’agrandir et l’adapter.

On a commencé la construction du premier étage sur le bâtiment de la bibliothèque, ce qui permet de libérer d’autres locaux dans les autres bâtiments pour répondre au nombre croissant d’étudiants.

L’espace couvert qui permet aux garçons de se mettre à l’abri de la pluie et du soleil en attendant le début des cours ou pour  attendre le bus le soir, vient d’être terminé pendant notre séjour et a bien sûr été inauguré par notre présidente Ilse.

On travaillait encore d’arrache pied à un abri pour les vélos et mobylettes, avec des poteaux en béton et un toit par dessus, mais vu la rapidité avec laquelle ils avançaient il doit déjà  être terminé actuellement. 

Industrial Training Institute / Friends Career Campus

Comme mentionné dans notre bulletin de novembre 2014, nous avions signé un accord de coopération avec la Nanjil Integrated Dairy Development, (soit NIDD).

La NIDD est  une organisation indépendante, toutefois sous la protection de l’évêché et dirigée entre autres  par quelques prêtres dans un but social.

L’évêque après avoir hésité au début et après insistance de notre part auprès du  Nanjil Milk (dénomination locale)  a donné le feu vert pour entamer les travaux nécessaires.

Nanjil Milk a déjà pris en service une partie du bâtiment. Dans  la partie utilisée comme atelier mécanique pour voitures,  ils ont installé un bureau et une salle de classe pour les cours de conduite ainsi que construit  2 toilettes  aux normes européennes.

Lors d’une réunion le père Robinson qui est le directeur actuel de Nanjil Milk, nous a assuré que chaque étudiant diplômé pourra trouver du travail grâce aux nombreuses firmes avec lesquelles ils entretiennent des relations.

Sur le terrain adjacent planté de cocotiers,  il y a un ouvrier à plein temps vu l’entretien intensif qui s’avère nécessaire. Comme ils ont eu exceptionnellement 103 jours de pluie consécutifs   l’année dernière, les mauvaises herbes ont un mètre de haut.

L’hôpital

Comme il y avait quelques problèmes entre la nouvelle religieuse principale et les autres membres du personnel, nous avons discuté de la situation et avons essayé de mettre du baume au cœur. Le problème était bien sûr qu’on était habitué à une certaine façon de travailler sous l’infirmière principale précédente qui était la responsable pendant 6 ans et que la nouvelle voulait tout changer et adapter à sa façon.

Nous avons plus ou moins réussi à concilier les deux parties  mais finalement c’est à elles a voir comment collaborer de façon harmonieuse.

La physiothérapeute qui avait été engagée l’année dernière nous a quittés parce que son salaire n‘était pas assez élevé. C’est maintenant une religieuse qui a suivi une formation adéquate qui a repris ce rôle.

Le projet agricole

La grande plantation de caoutchouc de Mathapuram et la plus petite de Tholayavattam font vraiment belle figure.

De bonnes nouvelles donc car à partir de l’année prochaine on pourra récolter le premier caoutchouc.

Mais une  moins  bonne nouvelle est que, comme nous l’avions prévu, les prix ont baissé.

Toutefois ne soyons pas trop pessimistes, le jus extrait doit d’abord être séché puis transformé en un tapis de deux à trois cm  d’épaisseur et de 40 à 60 cm de grandeur.

On ne doit pas les vendre immédiatement et on peut éventuellement les entreposer jusqu’à ce que les prix augmentent.

Par contre la plantation de jatropha commencée il y a quelques années et qui avait même été promu par le gouvernement n’a jamais pris d’envol.

Le terrain est complètement envahi de mauvaises herbes et personne n’ose encore y mettre les pieds de peur d’y trouver des serpents.

Quelle différence avec les plantations de caoutchouc qui sont bien entretenues et ont un bel aspect.

Le terrain devra être déblayé pour y planter éventuellement des arbres de caoutchouc.

La société de Friends of Kottar

Nous avons rencontré tous les membres tant ensemble qu’individuellement.

L’atmosphère est bonne mais tous ont les mains pleines avec les tâches supplémentaires dont ils sont chargés au sein du nouvel évêché qui manque de prêtres.

Mariadasan ne jouit pas d’une très bonne santé et aura 75 ans l’année prochaine dont 50 ans de prêtrise.

Il a exprimé le vœux de vouloir prendre sa retraite en tant que curé à la tête d’une paroisse mais aussi d’être déchargé de sa fonction de président des Friends of Kottar.

Il veut bien continuer à présenter ses services en tant que conseiller mais sans le suivi journalier.

A la suite de cette annonce, le père A.Mariadas, le sous-président qui aura 80 ans l’année prochaine a lui aussi exprimé le vœux de donner sa démission.

Il faut donc absolument penser à la succession.

Pour envoyer de l’argent cela devient de plus en plus difficile, il y a de plus en plus de problème, tout est sévèrement contrôlé suite au risque de  terrorisme.

Pour pouvoir recevoir de l’argent de l’étranger il faut une autorisation FCRA.

L’autorisation actuelle prend fin en avril mais on est déjà occupé depuis des mois à faire les démarches nécessaires pour obtenir la nouvelle autorisation qu’il fallait d’abord demander sur papier et ensuite par ordinateur.

L’autorisation ne sera valable que pour 5 ans  et ils exigent à chaque fois un tas de preuves.

Cela procure beaucoup de travail à Arul, pour chaque chèque de plus de 250 € il doit mentionner l’adresse et le numéro de téléphone du bénéficiaire.

Il y a de plus en plus de tâches administratives à remplir.

Chez nous aussi d’ailleurs comme vous verrez ci-dessous.

Varia

Pour nos attestations fiscales, le service des contributions devient de  plus en plus exigeant et il veut disposer du numéro national correspondant au nom et à l’adresse de chaque donateur.

C’est pourquoi nous demandons si vous désirez obtenir une attestation fiscale de bien vouloir mentionner votre numéro du registre national lors de votre prochain versement.

Nous l’enregistrerons alors dans notre comptabilité.

Même si nous disposions par le passé de ces données pour certaines personnes, nous vous demandons de le mentionner pour toute sécurité.

Si vous disposez d’un ordinateur vous pouvez aussi nous le faire parvenir par mail.

Un peu de tout

Nous avons visité le centre de désintoxication pour  alcooliques, ouvert depuis l’année dernière sur nos recommandations dans l’ancien “Girls Hôtel” qui était vide à Tholayavattam.

Le père Maria Martin qui est sobre depuis 6 ans et connaît le problème, a mis sur pied un programme de 21 jours avec toute une équipe d’anciens alcooliques et de personnes qui ont vécu ce problème dans leur famille, avec un suivi après leur séjour.

Nous félicitons cette initiative.

Comme ils ont des problèmes avec l’approvisionnement en électricité, nous leur avons promis de pouvoir acquérir un générateur électrique, cela comme nous espérons avec votre accord.